La pyrale du buis : le cycle

Chaque année, pas moins de 50 départements français font face à une importante invasion de pyrales du buis. Originaire d’Asie orientale, ces papillons nocturnes sont connus sous le nom scientifique de Cydalina perspectalis. En effet, la France n’est pas le seul pays touché par cette pénétration massive. L’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et l’Angleterre viennent également s’ajouter à la liste qui n’est aucunement exhaustive. Comme son nom l’indique, la pyrale du buis s’attaque principalement au buis, un arbuste ornemental qui trouve idéalement sa place dans le jardin, sur une terrasse ou encore sur un balcon. Il va de soi que pour comprendre le mode de vie de ces insectes, il est important de connaître leur cycle biologique.

Les signes distinctifs du Cydalina perspectalis

D’un blanc argenté, la pyrale du buis se reconnaît facilement par sa forme triangulaire. Elle diffuse des rayons qui sont tantôt dorés tantôt violacés. À l’âge adulte, elle affiche une longueur comprise entre 3 et 4 cm. Les chenilles mesurent 5 cm. Elles présentent un aspect quelque peu particulier qui permet de les différencier facilement des autres insectes. En effet, les chenilles se distinguent de par leurs couleurs. La tête est en noir, tandis que le corps révèle un mélange de jaune, de noir et de vert à la fois sombre et clair. Le tout est recouvert de poils blancs. Les Cydalina perspectalis pondent des œufs de couleur jaune qui viennent se loger soit dans la partie inférieure des feuillages, soit sous les rameaux. Une observation méticuleuse au microscope a permis de certifier la présence d’un point noir au milieu de chaque œuf. Il est tout à fait possible de repérer ce petit détail à l’œil nu, à condition bien sûr d’avoir l’œil.

A LIRE EGALEMENT  Parlons un peu de la renouée des oiseaux…

Son cycle biologique

Avant d’aboutir à une forme finale, la pyrale du buis traverse 5 étapes différentes qui sont toutes aussi intéressantes les unes que les autres. En règle générale, le cycle biologique commence à partir du mois de février. Cette période marque l’éclosion des cocons d’hivernation donnant ainsi naissance à des larves de chenilles. Ces dernières sont communément connues sous le nom de nymphes. Ne faisant que 3 mm, elles se nourrissent essentiellement de la cuticule des buis. Le stade nymphose dure à peu près 3 semaines. Petit à petit, les larves deviennent des chenilles. Ce n’est que dans le courant du mois d’avril ou fin mars que les chenilles se transforment en papillon. Cette phase se caractérise par l’apparition des ailes et la disparition des pattes. En octobre, l’insecte est prêt à prendre son envol laissant derrière lui des dégâts irréparables. Cette période est également propice à la reproduction. Cependant, pour éviter une éventuelle propagation de l’espèce, l’idéal serait de faire usage d’un ou de plusieurs pièges à phéromone.

Il est important de préciser que tout comme la chenille processionnaire, la durée de vie de la pyrale du buis est limitée dans le temps. Il en est de même pour la ponte. En moyenne, une femelle, dont la durée de vie est de 15 jours, dépose environ 200 œufs par ponte. Pour information, cet insecte développe 4 générations par an. C’est une des raisons qui expliquent sa multiplicité.

Leave a Comment