Parlons un peu de la renouée des oiseaux…

Souvent considérée comme une plante nuisible et envahissante, la renouée des oiseaux est pourtant une plante aux vertus thérapeutiques avérées. Elle doit son nom au fait que les oiseaux apprécient particulièrement ses graines.

Pour la petite histoire

Son nom scientifique est Polygonum aviculare. De la classe des dicotylédones et de la famille des polygonacées, cette plante herbacée annuelle  est une adventice souvent envahissante. Egalement appelée centinode, trainasse ou herbe aux cents nœuds, les autres noms vernaculaires qui la définissent sont achée, célot, courégeola, tire-goret, etc.

La renouée des oiseaux est une plante poly morphe dont les nombreuses tiges grêles sont souvent étalées au sol et donne un aspect d’enchevêtrement ; mais la plante peut atteindre 80 cm de haut. Sa particularité réside dans son aspect glabre et la présence de nombreux nœuds sur ses tiges. Ses feuilles alternes et elliptiques sont munies d’une longue gaine membraneuse dont le sommet est lacéré. Ses fleurs blanchâtres ou rosées éclosent de mai à novembre. Ses petits fruits trigonaux, des akènes isolés ayant 3 faces planes et mesurant  3 mm environ, constituent une partie de l’alimentation des oiseaux.

Aire d’infestation

Sa réputation de mauvaise herbe lui vient du fait que cette plante vivace et rampante fasse obstacle au bon développement du gazon. Présente sur tous les types de sol et particulièrement sur les terrains incultes, elle s’implante surtout dans les endroits modérément piétinés ou tassés. Elle est sans conteste une plante nuisible pour les cultures printanières et estivales.

Propriétés du végétal

La trainasse est une plante dont les propriétés sont nombreuses et elle sert à différents usages. Plante médicinale, elle est aussi une plante mellifère. La phytothérapie utilise surtout ses parties aériennes. En plus d’être astringente, on lui prête des vertus de vermifuge et de diurétique. Elle est utilisée contre la diarrhée, la goutte, les hémorroïdes et le rhumatisme. Déjà au 1er siècle, Discoride recommandait cette plante contre les saignements. Il s’avère que la postérité reconnaît à la plante ses propriétés hémostatiques qui sont exploitées pour remédier aux règles trop abondantes. Son utilisation en usage externe peut hâter la cicatrisation. On peut extraire directement le suc de la plante ou recourir à la compresse et au cataplasme de tiges et de feuilles écrasées.

A LIRE EGALEMENT  La rhubarbe en fleur, à la fois magnifique et délicieuse

Comment utiliser les vertus de la plante

Contenant de l’acide silicique, des tanins et des flavonoïdes, elle est surtout utilisée pour les tisanes. Il faut compter 50 grammes de plante pour un litre d’eau. Il faut alors faire bouillir l’eau pendant 10 minutes et la boire 3 fois par jour en dehors des repas.

Ses propriétés d’astringent lui valent sa recommandation pour les cas de diarrhées, de dysenterie et d’hémorroïdes. On lui trouve aussi des vertus contre le diabète, car il semblerait qu’elle soit hypoglycémiante. Pour une bonne synergie, il est de bon ton de l’associer au géranium robert en infusion. Elle est également conseillée contre les maladies pulmonaires du fait de l’acide silicique qu’elle contient, car cette substance a la propriété de renforcer le tissu cellulaire des poumons.

Comment faire pour éviter d’avoir la plante nuisible au jardin

Pour ne pas avoir à subir la présence de la renouée des oiseaux dans son jardin, il faut veiller à faire des binages réguliers de sorte que le la plante s’assèche. Il est ainsi conseillé de faire ces binages par temps sec et chaud afin que le dessèchement soit plus rapide.

Pour que votre gazon soit vraiment impeccable, utilisez un désherbant sélectif.

Leave a Comment